+41 79 559 31 27 info@coevolution.ch

Quand je souffre du comportement des autres !

Certains peuvent vraiment nous rendre la vie difficile. Ils sont parmi nous, dans le travail, dans la vie privée, dans notre cercle d’amis et dans la famille aussi.

Bonne nouvelle, nous ne sommes pas obligés de subir.

Selon la revue cerveau&psycho, décembre 2016

Quelques chiffres et faits intéressants

  • Entre 9 et 25% des gens ont une personnalité difficile ou pathologique !
  • Les personnes souffrant de ce type de difficultés ont une espérance de vie de 15 ans plus courte que la moyenne de la population.
  • Elles souffrent de leurs comportements et font également souffrir les autres.
  • Leurs relations sociales et amicales sont souvent mauvaises.
  • Elles sont souvent en échec personnel et professionnel.
  • Il est possible de les détecter pour apprendre à vivre ou à travailler avec.
  • Il est aussi important qu’elles peuvent avoir de l’aide par des professionnels.

 

Nous avons souvent tendance à qualifier de « personnalité difficile », les personnes qui nous rendre la vie difficile et qui, par leurs comportements, nous font souffrir.

 

Il est toutefois intéressant de faire la différence entre une personne avec des comportements difficiles et celle qui manifeste un véritable trouble du comportement.

 

Dans le deuxième cas, on parle généralement de « personnalité difficile », personne avec un trouble de la personnalité ou de personne avec un style ou une tendance dysfonctionnel. Il est alors généralement judicieux pour ces personnes, qu’elles fassent appel à un accompagnement par des professionnels, comme des psychologues et des psychiatres. Les professionnels ont la possibilité de faire passer des tests qui permettront de vérifier à quel degré une personne souffre de trouble de la personnalité.

Quelques caractéristiques propres aux personnalités difficiles

 

Cela peut se traduire par un sens de l’ordre excessif, un besoin de tout contrôler et tout le temps, incapacité à respecter les règles et les normes, une énorme difficulté à contrôler ses émotions et la colère, l’impression de vivre dans un monde différent, une méfiance permanente par rapport aux intentions des autres, l’impossibiilté de vivre sans les autres, un besoin insatiable d’être le centre du monde, une incapacité de ressentir de la compassion pour les autres, etc, sont des indicateurs potentiels d’un trouble de la personnalité. Cela concerne entre 9 et 25% de la population, à des degrés très différents.

Différencier une personne avec des comportements difficiles et une personnalité difficile.

Quand nous parlons de personnalité difficile, il est judicieux de différencier entre une personne en difficulté et une personnalité difficile (dans le langage courant).

Une personne en difficulté se reconnaît notamment dans le fait que :

  • C’est un comportement inhabituel (donc ponctuel) et nous sommes à même d’identifier le début.
  • La relation de confiance est encore présente et les intentions sont reconnues comme bienveillantes ou, du moins, il est clair que la personne ne souhaite pas nous faire du tort et semble de bonne foi

Une personnalité difficile se reconnaît notamment dans le fait que :

  • Les comportements durent depuis un certain temps déjà, souvent nous ne souvenons pas depuis quand
  • Les intentions sont remises en doute ou nous ne sommes pas convaincus par la bonne intention de l’autre
  • Nous nous sentons manipulés et les attentes de l’autre ne tiennent pas compte des nôtres

 

Les personnes avec des troubles du comportement. Comment les reconnaître ?

Voici, en résumé, quelques pistes pour y voir un peu plus clair. Cela ne nous autorise pas à poser un diagnostic quelconque, mais nous permet au moins d’éclairer notre compréhension. Et si d’aventure, vous deviez avoir le sentiment d’être directement concerné, il n’y a aucune honte d’aller consulter un spécialiste qui pourra vous éclairer et le cas échéant vous accompagner. Car les personnes atteintes de trouble de comportements, en souffrent clairement.

 

Voici quelques types de personnalités difficiles ou souffrant de troubles du comportement.

Ce que la science nous dit !

Ils sont parmi nous, dans le travail, dans la vie privée, dans notre cercle d’amis et dans la famille aussi.

Souvent leurs comportements sont vraiment problématiques non seulement pour nous mais aussi pour eux-mêmes.

Ce texte ne se veut en aucun cas être exhaustif, il est plutôt un condensé des éléments principaux liés à ces types de personnalités.

 

LA PERSONNALITÉ OBSESSIONNELLE COMPULSIVE

Ou quand le perfectionnisme devient un handicap. Ils représentent environ 1% de la population et semblent etre deux fois plus fréquents chez les hommes que chez les femmes.1

Traits principaux

Sens de l’ordre excessif, à cheval sur les règles, veut tout contrôler, perd facilement de vue l’objectif, a peur de faire des erreurs, attention extrême aux détails (perfectionniste), surinvestissement dans les activités qu’elle estime importantes, au détriment d’autres, n’arrive pas à se détendre, TOUT doit être organisé dans le détail (travail, loisirs, vacances, etc.), manque de flexibilité et d’adaptabilité (les règles passent auparavant), difficulté à déléguer (qui saura faire à sa façon ?), difficulté à prendre des décisions dans l’instant (imprévues), les relations sont des moyens pour faire avancer les choses

Comportements aidants

Trouver la juste mesure (gardez une certaine distance), soyez précis dans vos propros, fiables et prévisibles, formulez les critiques de manière objective, quantifiable et précise, en d’autres termes, restez logique dans vos propos

Évitez de vous moquer de son sens aigu de l’ordre ou de son côté manique du rangement

Évitez de vous laisser envahir

Posez des questions de compréhension ou d’approfondissement en évitant le pourquoi

Valorisez (compliments) les moments où la personne est moins dans l’extrême, qu’elle montre qu’elle fait « un peu » confiance ou qu’elle exprime ses émotions.

 

LA PERSONNALITÉ ANTISOCIALE

Traits principaux

Les normes et les règles, c’est pour les autres et aime trouver un moyen de les transgresser

Aime les sensations fortes et peut prendre des risques inconsidérés.

La séduction, la manipulation, la ruse, le mensonge peuvent aussi être un moyen d’atteindre ses objectifs.

Peu encline à avoir des remords ou des regrets, elle ne tire pas vraiment des leçons de son passé.

Comportements aidants

Gardez vos distances, méfiez-vous de son côté charmeur et la confrontation ne vous apportera pas grand-chose.

 

LA PERSONNALITÉ BORDERLINE

Traits principaux

D’un extrême à l’autre, elle voit le monde en noir/blanc, très instable dans l’appréciation des situations et de la perception de sa propre personne, elle a de grandes difficultés à contrôler ses émotions et peut-être très colérique. Cela peut la rendre très impulsive dans ses décisions. A peur d’être abandonné et peut se surinvestir dans une relation, qu’elle peut également saborder au moindre saut d’humeur.

Comportements aidants

N’alimentez pas les conflits, restez calme et gardez vos distances sur le plan émotionnel (ne vous laissez pas embarquer) et cherchez à clarifier les situations qui ne le sont pas.

 

LA PERSONNALITÉ SCHIZOTYPIQUE

Traits principaux

On peut dire qu’ils ont le sentiment de vivre dans un monde différent (pour ne pas dire parallèle) et ont souvent la sensation qu’ils perçoivent et comprennent les choses que les autres ne perçoivent pas. Leurs comportements et tenues vestimentaires sont souvent excentriques. Ils ont beaucoup de difficultés à avoir des échanges sociaux qui respectent certains codes habituels.

Comportements aidants

Respectez sa manière de voir les choses, leur monde à eux, sans se moquer, ni de leur style vestimentaire ni leur manière de voir les choses. Vous aurez tout à gagner d’éviter de vous ingérer dans leurs affaires.

 

LA PERSONNALITÉ SCHIZOÏDE

Traits principaux

La première chose que l’on peut remarquer, c’est que l’on ne les remarques pas ou presque pas. Très solitaire, froid, asocial et indifférent aux critiques et aux éloges comme aux sentiments des autres. Ces comportements peuvent être les signes d’une schizophrénie.

Comportements aidants

En respectant leur besoin de solitude, leur zone d’intimité et en acceptant qu’ils ne vous manifesteront pas leurs émotions, vous adopterez un comportement des plus pertinents.

 

LA PERSONNALITÉ DÉPENDANTE

Traits principaux

On peut même dire « collante », avec un besoin permanent d’être rassurée et soutenue. Comme elle a une confiance en elle très faible, elle ne croit pas beaucoup en elle non plus. Elle n’ose pas prendre des décisions, même pour les choses les plus simples, par crainte d’être abandonnée. Ce qui par ailleurs la conduira à ne pas entrer en conflit, a accepter des solutions qui sont à l’encontre de sa volonté

Comportements aidants

Une bonne manière de gérer la relation est de l’encourager à prendre des initiatives, aussi modestes soient-elles au lieu de valoriser les résultats. Refusez de prendre des décisions à sa place. Et fixez des limites claires et précises par rapport à votre disponibilité.

 

LA PERSONNALITÉ PARANOÏAQUE

Traits principaux

Elles se méfient de tout et tout le monde, ou presque. Elles ont tendance a prêter des intentions négatives (trahison, mensonge, infidélité) aux personnes qui les entourent. Ce qui les limitent fortement dans leurs échanges et les empêchent de se confier par peur que cela puisse se retourner contre eux. Le pardon leur est quasi impossible et ils sont rancuniers. La critique sera balayée et ce sera leur point de vue qui fera foi.

Comportements aidants

Une des choses les plus importantes, ce sera d’éclaircir les malentendus potentiels et expliquez, quelles sont les raisons et les motivations de vos actions. Evitez de lui faire remarquer son côté méfiant.

 

LA PERSONNALITÉ HISTRIONIQUE

Traits principaux

A besoin d’attirer l’attention en permanence, être le centre d’intérêt, voir du « monde ». Les excès se traduisent dans le domaine du comportement par une certaine théâtralité et dès que l’on se détourne d’elle, son comportement devient teinté de morosité, d’amertume, voire de la colère et si le charme ne fonctionne plus, elle peut aller vers la rupture avec une bonne dose de tragédie. Les relations sont souvent superficielles.

Comportements aidants

En restant factuel, avec une certaine distance pour éviter de donner trop de place au côté théâtral. Valorisez plutôt les comportements « normaux » en montrant de l’intérêt à ce moment-là. Refusez de vous laisser émouvoir par des comportements de séduction et de vous laisser attendrir.

 

LA PERSONNALITÉ NARCISSIQUE

Traits principaux

Très orientée soi, cette personnalité se traduit par un sentiment de supériorité aux autres. Tout en voulant être admiré, elle n’a aucune empathie pour les autres. Elle est convaincue, que ce qu’elle fait, a largement plus d’importance et de valeur que ce que les autres peuvent faire et qu’ils sont censés l’aider à atteindre ses objectifs (tout lui est dû).

Comportements aidants

Gardez vos distances et restez attentif à ses tentatives de manipulation. Evitez d’afficher vos réussites personnelles et vos privilèges. Si vous avez des critiques à faire, formulez-les de manière précise et indiscutable.

 

LA PERSONNALITÉ ÉVITANTE

Traits principaux

Elle craint le jugement d’autrui et de par ce fait à une confiance en soi extrêment réduite. Elle fuit les situations dans lesquelles elle doit s’exposer, comme prendre la parole en public, une promotion, un conflit, etc.). Elle n’osera pas prendre position dans un débat et évitera, autant que faire se peut, de prendre des décisions ou des risques. Ne se sentant pas à la hauteur, elle éprouve de grandes difficultés à s’impliquer dans une relation.

Comportements aidants

Ayez plutôt tendance à valoriser ce qu’ils font et disent, évitez de les critiquer en public, montrez-leur du respect et et intéressez-vous à elle de manière sincère, y compris à ce qu’elles ont à dire.

 

En conclusion

S’il est vrai que nous pouvons tous avoir des comportements dérangeant pour les autres, cela ne veut pas pour autant dire que nous sommes une personnalité difficile. Toutefois, en toute modestie, il est toujours intéressant de savoir se remettre en question et nous pouvons tous nous améliorer. Etant donné que nous ne pouvons pas changer les autres, nous pouvons apprendre à adapter nos comportements pour faire face aux personnes difficiles.

 

Référence : revue cerveau&psycho, no 83, décembre 2016, Jean-Pierre Roland, docteur en psychologie et professeur émérite à l’Université de Paris-Ouest-La-Défense

Bibliographie utilisée : J. P. Rolland et P. Pichot, Manuel de l’inventaire des tendances dysfonc­tionnelles (td-12), ecpa, 2007.

1 La personnalité obsessionnelle compulsive, Jérôme Palazzolo, © Cerveau&Psycho – n° 45 mai-juin 2011

http://www.cerveauetpsycho.fr/ewb_pages/a/article-les-personnalites-difficiles-32380.php

 

Share This